La Tour de Constance d’Aigues-Mortes

tour-constance-aigues-morte
 

La Tour de Constance est la tour la plus emblématique d’Aigues-Mortes, permettant de reconnaître à première vue la citadelle méditerranéenne. Location Aigues Mortes vous offre cet article afin de mieux connaître ce fameux donjon.

Une tour de protection de la ville

La Tour de Constance est l’un des monuments historiques les plus admirés de France. Le roi Louis IX (Saint Louis pour les intimes) ordonna sa construction pour protéger la ville d’Aigues Mortes et son port. Les travaux ont débuté en 1242 et ne furent terminés qu’en 1254 après le retour de la septième croisade. La tour change plusieurs fois de noms (en 1249, elle fut appelée la Tour du Roi).

Le plan de la Tour de Constance

La Tour de Constance est constituée d’un rez-de-chaussée et  de trois portes qui servent à organiser la défense intérieure de la cité :

  • la première porte est dotée d’une herse et de vantaux très épais,
  • la deuxième porte cache l’entrée de l’escalier qui mène aux étages supérieurs de la tour,
  • la troisième porte est dotée d’une barre transversale et d’une serrure qu’on utilise pour la fermer.

Les dimensions de la Tour de Constance

Les dimensions de la tour sont les suivantes :

  • sa hauteur à la terrasse est de 22 mètres,
  • sa hauteur à la lanterne est de 33 mètres,
  • l’épaisseur des murs à la base est de 6 mètres,
  • le diamètre de la tour est de 22 mètres.

L’accès au sous-sol de la tour

Le seul accès à la réserve du sous-sol – où sont emmagasinés les vivres, les munitions et les cachots – est une ouverture circulaire de 10 mètres de diamètres et 12 mètres de hauteur qui domine le centre de la tour. Elle est constituée de :

  • un puits d’eau potable, un placard, un four à pain, une statue du roi Louis IX,
  • et un escalier en spirale qui mène à l’étage.

Le premier étage de la Tour de Constance

La salle des chevaliers est le premier étage de la Tour de Constance. Ses dimensions et son architecture sont similaires à ceux d’en bas. Elle est précédée par un vestibule que Louis IX a utilisé comme oratoire.

L’anecdote de Location Aigues Mortes : 45 Templiers accusés de trahison ont été emprisonnés dans cette salle vers la fin du XIVème siècle.

L’étage supérieur de la tour

Une cage ajourée en fer forgé surmonte l’étage supérieur, elle sert à protéger les feux des guetteurs et des gardiens. L’étage supérieur est en même temps un phare et un tour de guet.

Les évènements marquant l’histoire de la Tour de Constance

Voici quelques dates importantes qui vous aideront à comprendre l’importance historique de la Tour de Constance :

  • en 1686, lors de la guerre des religions, des protestants de Nîmes sont emprisonnés dans la Tour de Constance,
  • en 1705, Abraham Marzel et Seize de ses compagnons s’échappent de la Tour de Constance,
  • en 1717 des femmes protestantes sont emprisonnées dans la Tour de Constance,
  • de 1719 à 1756, Anne Saliége de Vebron est emprisonnée dans la Tour de Constance,
  • 1723 est la date d’emprisonnement de la religionnaire aveugle Marie Béraud,
  • Emprisonnement de Marie Durand en 1730, les historiens pensent qu’elle est l’auteur de l’inscription « Register » découverte sur les murs de l’ouverture qui se trouve entre la première et la deuxième salle,
  • Isabeau Menet et 21 autres femmes sont emprisonnées dans la Tour de Constance en 1737,
  • Anne Soleyrol est à son tour emprisonnée en 1738,
  • l’intendant prévoit en 1745 la création de prisons dans toutes les tours de la ville,
  • Isabeau Guibal décède en 1746 dans la Tour de Constance,
  • En 1746, on compte quelques 30 prisonniers dans la Tour de Constance selon un manuscrit de Gauthier de Terreneuve,
  • Isabeau Menet est déclarée folle et libérée en 1750,
  • En 1750, le nombre des prisonniers dans la Tour de Constance est de 22 personnes,
  • Une esplanade est construite entre les remparts et le bassin sous la Tour de Constance en 1760,
  • La Tour de Constance est visitée par Boissy d’Anglas, 30 personnes y sont encore emprisonnées,
  • 14 prisonniers sont libérés suite à la vite du Prince de Beauvau,
  • Après 38 ans d’emprisonnement, Marie Durand est libérée en 1768,
  • Les cinq dernières femmes protestantes sont libérées en 1769.