Histoire de la Camargue

carte Camargue

Avec ses 74 000 hectares, l’ile de la Camargue se trouve dans le delta du Rhône, elle est située entre :

  • le grand Rhône à l’Est,
  • le petit Rhône à l’Ouest,
  • et le canal de Peccais.

Sur la partie Est, la Camargue s’étend jusqu’à la Crau où sa nature change toute en gardant son charme. Elle déborde sur la petite Camargue à l’Ouest, avec l’étang de Mauguio comme dernière limite.

Une terre de marécages et d’étangs

La Camargue est une ile marécageuse de forme horizontale dont le point le plus haut est à Albaron (4,50 mètres), alors que son point le plus bas est au fond du Vaccarès (1,50 mètres au-dessous de la mer). Elle est constituée de plusieurs étangs :

  • dans la grand Camargue on trouve l’étang Imperial, le Grand Radeau, la Souteyrane et la Malageoy, mais le plus vaste est le Vaccarès.
  • dans la petite Camargue nous avons l’étang de Scamandre, l’étang de Mauguio et l’étang du Charrier.

Le Rhône et la Camargue

Le Rhône a joué un rôle important dans l’histoire de la Camargue. Ses costières étaient longées par l’un des bras du fleuve : la branche espagnole du Rhône qui se jetait dans l’étang du Mauguio. Au XVème siècle, Saint Ferrol, le bras central, fut bouché par de grosses pierres jetées par le Rhône. C’est au XII qu’on construit les toutes premières digues de l’ile de la Camargue (elles se situaient entre Albaron et Arles).

L’avancée de la terre sur la mer

Actuellement, la terre avance sur la mer de près de 60 mètres chaque année en raison des versements que réalise le Rhône. Mais cela crée constamment des courants maritimes qui touchent les côtes des Saintes Maries, qui se trouvaient avant à 2 kilomètres de la mer (et à seulement 1,4 kilomètre aujourd’hui).

Un sous-sol salé

La Camargue est connue par ses salines, son sous-sol est en effet très salé est plein de roches, les crues du Rhône dessalaient le sol, l’eau entrainait le sel et les paysans utilisaient les roubines pour amener le sel dans le Rhône. C’est cette tradition qui a convertit la Camargue en une région propice à la culture du riz que les camarguais utilisaient pour alimenter les animaux.

L’anecdote de Location Aigues-Mortes : cette culture s’est imposée comme industrie de consommation pendant la guerre : c’était la meilleure solution pour nourrir la population. On utilisait des moyens rudimentaires pour décortiquer le riz Paddy. La production augmenta et permettra de répondre aux besoins de toute la France grâce à l’amélioration des méthodes de culture.

Un sous-sol caillouteux

Le sous-sol caillouteux de la Camargue est dû aux éjections de la Durance qui se trouve à 40 mètres de la surface. C’est par le bras de fer se trouvant à 8 kilomètres à l’Est de la pointe de la Beauduc, que le Rhône atteignait la mer au Moyen Âge avant de l’abandonner en 1711. L’ancien lit du Rhône, la roubine de la Triquette, se situe entre la marais de Rousty et la marais de la Grande Mar alors que celui de Saint-Ferrol se trouve entre le Vaccarès et la Grande Mar.

Un carrefour de routes

De l’Italie à l’Espagne, du Nord au Sud, la Camargue est un véritable carrefour de routes qui lient facilement ses régions. De nos jours, notre région facilite l’accès des nordistes à la Méditerranée.

Des découvertes importantes

Des armes de silex travaillés par l’homme préhistoriques ont également été découvertes partout sur notre île. On a aussi découvert des poteries Grecques : Arles a en effet était grecque et romaine.

Le mot Provence

La Narbonnaise était une province romaine très vaste qui s’étendait de Narbonne à Toulon et de la coté à Vienne. On l’appelait Provincia en latin, c’est de là que vient le mot Provence. Sur le plan étymologique, la signification du mot province est : « Pays de Vaincus ».

L’anecdote de Location Aigues Mortes : il a commencé à avoir un sens péjoratif à partir de la victoire des romains sur les gaulois. Ce mot a acquis actuellement un sens de mépris. Ainsi, si un parisien nous dit : « il arrive de sa province », « c’est un noble de province » ou « il a l’esprit province », il sera en train de nous prendre pour des étriqués.

Les troubadours provençaux

Le fief des troubadours provençaux était la grande Provence, à laquelle appartenaient les pays d’Oc. Même si leur zone d’influence allait au-delà de l’Occitanie, elle s’étendait en effet sur toute l’Europe. On parlait déjà au Xème siècle du nord de la Provence comme étant le pays situé à l’Est du Rhône. Le Rhône était en effet la limite naturelle entre les Ligures, qui habitaient la partie Est, et les Ibères, dont le territoire allait jusqu’en Espagne.

L’arrivée des Phéniciens et des Phocéens

Il est possible, selon les Historiens, que les Phéniciens aient atteint la Ligurie, mais il est peu probable que les Phocéens y soient arrivés au VIème siècle avant JC. L’histoire d’Arles est considérées comme typiquement provinciale par les historiens, contrairement à celle de la Camargue qui est plus similaire à l’histoire du Languedoc.