Histoire d’Aigues-Mortes : les croisades

Croisades d'Aigues-Mortes

L’histoire d’Aigues-Mortes est étroitement liée aux croisades et à Saint-Louis. Location Aigues-Mortes revient sur l’histoire des croisades pour vous permettre de mieux comprendre le lien entre la cité médiévale et la Terre Sainte.

Le point de départ des croisades

Aigues Morte a été choisi pendant le 13ème siècle par le Roi Louis IX comme point de départ de la septième croisade ; la région s’est convertie à partir de 1244 en un grand chantier. Des manuscrits appartenant à l’historien royal Jean de Joinville décrivent le grand intérêt que portait Louis IX pour ce projet. Le Roi et son architecte étaient en effet en étroite collaboration dans la construction des ports qui devait faciliter l’embarquement des troupes.

Les émeutes d’Aigues-Mortes

Les travaux ont duré quatre ans ; des émeutes ont éclaté à cause de la corvée lancée par le Roi et qui obligeait une grande partie de la population à travailler dans ce chantier immense. Le Roi a dû supprimer les impôts, les tailles, les gabelles et les péages portuaires pour convaincre la population de rester dans les chantiers.

Louis IX s’installe à Aigues-Mortes

La venue de Saint Louis à Aigues Mortes date du mois de juillet 1244. Accompagné de sa femme Marguerite de Provence et de ses deux frères Robert d’Artois et Charles d’Anjou, il s’installe à « l’oustaou dai Crousa » : une demeure très vaste que les Templiers lui ont offert. Tous les grands seigneurs, les grandes familles, les barons et les gentilshommes de France et de l’étranger y étaient également convoqués.

La ville d’Aigues-Mortes n’existe pas encore

Ces quatre ans de travail n’ont été consacrés qu’à la construction des ports qui devaient servir de points de recharge des soldats, des animaux et des provisions. Ces ports ont en effet étés aménagés pour pouvoir abriter quelques sept cents bateaux. Les deux premiers étages du célèbre château fort d’Aigues Mortes, appelé Tour de Constance, ont tout de même étés construits pendant cette période, mais Aigues Mortes en tant que telle n’existe pas encore.

Quelques 70 000 hommes et 20 000 chevaux sont déjà prêts quelques jours avant le départ de la croisade :

  • les constructeurs des ports,
  • les marins,
  • les huissières,
  • et les palefreniers.

Les sept cent navires

L’armée qui se prépare à quitter la région est si immense que tous les chantiers navals de Barcelone à Gènes sont incapables de fournir tous les bâtiments nécessaires : le Roi a dû louer des vaisseaux additionnels. Parmi les sept cents bateaux qui comptaient se diriger vers l’orient, les plus grands étaient :

  • le « Paradis », le « Saint Esprit » et la « Lombarde » de 9 mètres de large, 32 mètres de long et 8 mètres de haut et avec trois étages pour transporter le plus de marins et de chevaux possible,
  • les bâtiments des rois : la « Montjoie », la « Reine » et la « Demoiselle ».

Le départ du Roi Saint Louis

Le départ du Roi Saint Louis et de sa famille est marqué par sa splendeur. Un office solennel à lieu dans l’église d’Aigues Mortes et l’immense convoi part enfin vers la Terre Sainte. La première escale à lieu à Chypre en août 1248, où les voiliers français attendent le Roi et son expédition depuis deux ans. Le départ du convoi marque le début des travaux de construction de la ville d’Aigues Mortes : la Tour de Constance est achevée en trois ans.

Une deuxième expédition

À son retour, l’expédition ne débarquera pas à Aigues-Mortes mais à Hyères à cause d’une forte tempête. Louis IX qui était déjà très malade, fait une deuxième tentative en 1270 et ceci malgré l’opposition de sa famille. Il décide de faire voile vers la Tunisie où il tente de convertir le Sultan et la population de Tunis. Mais le Lundi 25 août 1270, son armée attrape la peste, le Roi en est victime également et il meurt. Il sera canonisé le 11 août 1297 par le Pape Boniface VIII à l’époque du Roi Philipe le Bel.