L’église de la ville d’Aigues-Mortes

eglise aigues mortes
C’est avec grande fierté que Magali Méjean, l’une des guides de la cité d’Aigues-Mortes, nous annonce que 2 500 personnes visitent chaque jour l’Eglise de Notre Dame des Sablons. Cette église située entre les célèbres remparts face à la statue du roi Louis IX, est en effet l’un des monuments les plus visités de la région.

Construite par Saint Louis

Le roi Louis IX, qui cherche une ouverture sur la méditerranée pour mener sa croisade, choisit cette région hostile et marécageuse en raison de son emplacement stratégique. Il y mena des œuvres colossales comme :

  • les remparts qui seront terminés sous le règne de son fils Philipe le Hardi,
  • le port qui sera le seul de tout le royaume de France à accéder à la méditerranée
  • et l’église de Notre Dame des Sablons

Différentes transformations

L’église va subir à travers les siècles, tout comme la ville d’Aigues-Mortes, de nombreuses transformations :

  • le saccage par les forces protestantes,
  • l’effondrement de son clocher,
  • l’élargissement de ses chapelles latérales,
  • son utilisation comme entrepôt pendant la révolution.

Restauration selon le style italien

Elle ne sera réaffectée au culte qu’en 1904. Elle sera restaurée pendant cette période en suivant le style italien. Elle aura ainsi un faux plafond, des vitraux murés et ses pierres seront recouverts.

L’œuvre de l’abbé Carel

Le faux plafond de l’église de Notre Dame des Sablons s’effondre en 1964. L’abbé Carel découvre suite à cet évènement que les piliers sont dans un très mauvais état, et que l’église doit être nettoyée. Les travaux de nettoyage et de consolidation des piliers durent 8 ans. L’installation de l’orgue de Léopold Trossier en 1973 est considérée comme tout un événement : il n’y aura désormais que quelques statues qui orneront les niches latérales de l’Eglise.

L’œuvre du père Archer

Le père Maurice Archer décide, en 1989, de perfectionner le travail réalisé par l’abbé Carel. Il charge le peintre Claude Viallat de créer quelques 31 vitraux. La réalisation de cette œuvre sera confiée au maitre verrier Bernard Dhonneur.

L’anecdote de Location Aigues-Mortes : le père Archer, qui disait souvent : « On ne copie pas le passé, on évolue avec son temps », voulait que ce couple d’artistes joue sur les symboles des couleurs. L’église devient un lieu paisible et lumineux grâce à ses vitraux colorés, donnant ainsi raison au père Archer (qui dû faire face à une certaine polémique).